Tout faux pour Lazarus Too !

Eric Navarre - Publié le 6 octobre 2018

Le petit monde de la course à pied en Touraine, et notamment le comité d’organisation du Marathon de Tours, est en émoi depuis jeudi. En effet, il y a deux jours, on apprenait que le Kenyan Lazarus Too, vainqueur du marathon de Tours le 23 septembre dernier, était sous le coup d’une suspension par la fédération kenyanne d’athlétisme.pour infraction aux règles antidopages.

Une suspension qui court du 7 juillet 2017 jusqu’au 6 juillet 2019 suite à un contrôle positif au furosémide (un produit masquant) lors du marathon de Shenzen en Chine le 4 décembre 2016 que Lazarus Too avait remporté en 2h14’30.

Depuis jeudi, tout le monde se pose la même question : « comment le kenyan a-t-il pu courir à Tours le 23 septembre ainsi que sur d’autres grandes épreuves françaises au cours des mois précédents ? » Lorsqu’on regarde le palmarès de l’athlète depuis le début de sa suspension, on ne peut pas dire que celle-ci l’aie vraiment perturbée dans sa vie d’athlète : à l’automne 2017, il termine 3ème à Auray-Vannes (épreuve qu’il remporte cette année), 2ème au marathon de Tours, 5ème de Sedan-Charleville puis 1er au semi-marathon de Niort. Certes, Lazarus Too n’est pas suspendu par l’IAAF mais il n’aurait jamais dû obtenir de visa pour sortir de son pays en étant sous le coup de cette suspension provisoire prise le 7 juillet par l’ADAK, l’agende antidopage du Kenya. D’autant qu’à la lecture de la décision définitive prise le 13 septembre 2018 par le Tribunal judiciaire des Sports du Kenya, on constate que l’athlète ne peut courir ni dans son pays ni en dehors. Une sanction officielle rendue publique sur le site Internet de la Fédération Kenyanne d’Athlétisme le 29 septembre…soit 6 jours après le marathon de Tours.

Entre le contrôle anti dopage et la décision du Tribunal judiciaire du Sport du Kenya, il s’est donc écoulé plus de 21 mois. Lazarus Too, licencié en France sous les couleurs de Running 41 depuis la mi-septembre, et ses avocats ont exploité au maximum les failles du système afin de retarder l’échéance ce qui lui a permis de prendre tranquillement le départ d’épreuves prestigieuses puisque la décision

 

Faut-il remettre en cause la présence du plateau élite sur l’épreuve tourangelle ?

 

Jeudi soir, un communiqué de presse du Comité d’organisation des 10-20 km de Tours et du Marthon Touraine Loire Valley évoquait la remise en cause du plateau élite sur l’évènement à partir de l’année prochaine. Réflexion surprenante puisque toutes les grandes épreuves sont à un moment ou un autre, hélas, confrontées à ce type de problème qu’il faut savoir gérer au mieux. Christophe Chinette, le président du Comité d’organisation indique pourtant « que la remise en cause du plateau du élite était quoiqu’il en soit en réflexion depuis le mois de juin pour des raisons budgétaires. » Supprimer le plateau élite sur les 20 km et le marathon de Tours du fait de ce malheureux épisode s’apparenterait à cesser de boire du vin lorsque qu’on tombe sur une bouteille bouchonnée. Dans le cas présent, Lazarus Too qui avait rendu exceptionnel le millésime 2018 du marathon de Tours en établissant un nouveau record de l’épreuve en 2h12’29, a « berné » tout le monde ce 23 septembre à Tours pour finalement laisser un goût frelaté aux organisateurs. Selon le même communiqué de presse, « toutes les primes liées au marathon hommes ont été bloquées » pénalisant les athlètes qui n’ont rien à se reprocher.

La réunion du Comité directeur de l’organisation, qui se tiendra lundi 8 octobre, décidera de l’avenir d’un plateau élite qui fait pourtant partie de l’ADN des 10-20 km et marathon de Tours.

L'arrivée victorieuse de Lazarus Too au marathon de Tours

Quelques minutes après l'arrivée entre Christophe Chinette et Bernard Coupez.

Le podium 100% kenyan de cette édition 2018.